Comment préparer et lire le compte de résultat ?
Finances

Comment préparer et lire le compte de résultat ?

Les états financiers sont constitués du bilan, du compte de résultat, du tableau des flux de trésorerie et des notes explicatives suivantes. Le compte de résultat enregistre la valeur des composantes positives du revenu (revenus) et négatives (coûts), illustrant leur origine et leur composition.

Le relevé de revenue

Le compte de résultat enregistre la valeur des composantes positives du revenu (revenus) et négatives (coûts), illustrant leur origine et leur composition. En d’autres termes, le prospectus renseigne sur la valeur de la production obtenue et mise sur le marché et la valeur des facteurs de production utilisés pour obtenir cette production.

Dans le cas où la valeur des revenus est supérieure à celle des coûts, l’entreprise réalise un profit. Ce bénéfice peut être utilisé pour augmenter le capital initialement apporté par les propriétaires de l’entreprise (autofinancement), ou il peut être distribué, rémunérant les actions qui composent le capital apporté par les actionnaires sous forme de dividendes.

Si les conditions d’exploitation ont conduit à constater un volume de charges supérieur au chiffre d’affaires, l’entreprise constatera une perte. Dans ce cas, non seulement il n’y aura pas de rémunération pour les actionnaires, mais leur capital sera réduit en raison de la mauvaise performance de la gestion.

Étant donné que le risque commercial d’avoir un volume de revenus inférieur aux coûts affecte en premier lieu le capital propre de l’entreprise, ce dernier est également défini comme capital à risque.

Il est à noter cependant qu’une situation de pertes persistantes affecte également le capital créditeur, l’entreprise pouvant se trouver dans l’impossibilité de rembourser les prêts reçus. Ainsi, les créanciers pourraient également se retrouver dans la situation de constater des moins-values, c’est-à-dire d’obtenir une valeur de remboursement de leurs emprunts inférieure à l’apport initial.

Comment doit-il être rédigé ?

La rédaction du compte suit un schéma précis :

 

  • La valeur de production : comprend les revenus des ventes et prestations, les variations de stocks de travaux en cours, de produits semi-finis et finis, les travaux en cours sur commande, les augmentations d’immobilisations pour travaux internes, les autres types de revenus.
  • Les coûts de production : pour les matières, prestations, biens de tiers, personnel, amortissements et réductions de valeur, variations de stocks de matières premières, consommables ou marchandises, provisions pour risques, autres provisions, frais de gestion divers.
  • Les produits et charges financiers : titres de participation, créances inscrites en immobilisations, titres inscrits en immobilisations autres que les titres de participation, titres inscrits en actifs circulaires, intérêts et charges financières, profits et pertes de change.
  • Les corrections de valeur des actifs et passifs financiers : réévaluations et dépréciations.

Comment le compte de résultat est divisé ?

Le compte de résultat a une structure échelonnée et une classification des coûts par nature . Il se divise en quatre grands domaines :

A- La valeur de la production, où toutes les composantes du revenu dérivant de la production sont mises en évidence.

B- Les coûts de production, qui répertorie les coûts de production de l’entreprise (matières premières, services, amortissement et d’évaluation des ressources, salaires des employés).

C- Les produits et charges financiers, qui sont les revenus provenant d’investissements dans d’autres sociétés, de crédits, de titres, de pertes ou de gains résultant de l’échange (si la société opère dans des devises différentes).

D- Les ajustements de valeur des actifs financiers, qui concernent les réévaluations et dépréciations de titres, d’immobilisations et de participations dans d’autres sociétés.

À leur tour, ces macro classes sont divisées en plusieurs éléments. Par exemple, les sous-postes sur les revenus des ventes et prestations (sous-poste 1), les variations de stocks de produits en cours (sous-poste 2), les variations des travaux en cours (sous-poste 3) contribuent au calcul de la valeur de la macro-classe A. ), les augmentations des immobilisations pour travaux internes (sous-rubrique 4) et autres revenus et revenus (sous-rubrique résiduelle 5).

Cette macro-classe comprend donc l’ensemble du chiffre d’affaires et les éléments de revenus positifs. Dans la macro classe B, en revanche, apparaissent tous les éléments concernant les composants négatifs, dont certains ont déjà été mentionnés dans la liste ci-dessus. Nous vous rappelons que les coûts sont également classés par nature et non par destination.

En soustrayant maintenant les coûts de la macro-classe B des revenus de la macro-classe A, on obtient le résultat d’exploitation global.

En additionnant (algébriquement) les composantes positives et négatives des quatre macro-classes, on aura le soi-disant « résultat avant impôt », avant le calcul de la charge fiscale qui nous permet d’arriver aux résultats sur le bénéfice ou perte pour l’année. Pour plus d’informations n’hésitez pas à consulter le comptable Ixelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.