Finances,  Technologie

Démarrer une activité de freelance : tout savoir dessus

Travailler à son propre compte est aujourd’hui plus courant dans la société qu’auparavant. Les possibilités et soutiens de la part de l’Etat en sont des causes. Dans cet article, nous vous expliquerons comment démarrer une activité de freelance.

Démarrer une activité de freelance : comment s’y prendre ?

Vous avez un projet de freelance pour le même métier que celui que vous exercez en tant que salarié mais vous ne savez pas par quoi commencez ?  Premièrement, nous vous conseillons de démissionner de votre emploi pour ensuite travailler en tant que freelance.  Le statut d’employé oblige à la loyauté et la fidélité envers son employeur. Par conséquent, vous ne pouvez pas ouvrir votre propre  entreprise  étant concurrente à celle de votre employeur.

Le Code du Travail permet une démission de l’entreprise pour les cas suivants :

  • En situation de Contrat à Durée Déterminée, c’est une fois la fin du contrat renouvelé que vous pouvez créer votre entreprise
  • La démission et la rupture conventionnelle sont possible en situation de Contrat à Durée Indéterminée

Dans un cas moins avantageux, vous pouvez faire l’objet d’un licenciement ou d’un de départ volontaire.

Toutefois, vous pouvez demander des congés pour création d’entreprise si vous pensez manquer de visibilité sur votre projet. Plus précisément, c’est une interruption temporaire du contrat de travail. De plus, durant ce congé aucune rémunération ne sera versé. L’avantage est que si vous échoué à votre projet d’entreprise vous pourrez réintégrer votre entreprise au même poste qu’auparavant.

 

Démarrer une activité de freelance : les soutiens à la création d’entreprise

Les 3 principaux types d’aides à la création d’entreprise :

  • L’ACCRE : c’est une exonération des charges sociales pour la première année d’activité
  • L’ARCE : c’est un versement partiel de l’indemnisation chômage
  • Les ARE : c’est un versement des allocations chômages  régulier  au créateur de l’entreprise

 

En dehors des indemnisations possibles pour démarrer une activité de freelance, il vous faut aussi  déterminer votre régime fiscal et votre statut juridique.

Nous vous conseillons donc de créer votre entreprise au statut EURL ou en SASU pour l’impôt sociétaire. De part cela, vous choisissez ainsi si vos fonctions sont rémunérées ou non. Ce qui induit un versement des allocations si non.

Toutefois, les autres possibilités s’avèrent plus contraignantes.  En effet, si par exemple vous préférez imposer vos bénéfices à l’IRPP, vos allocations dépendront directement de ce que vous percevez en termes de bénéfices.

Ensuite, si vous optez pour une micro-entreprise il est bon de savoir que vos allocations dépendront cette fois de vos recettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *